Panier

LE RAP C'ÉTAIT MIEUX AVANT ?


L’idée d’une question ouverte c’est que ça laisse la possibilité aux répondants de s’exprimer librement. Sans rhétorique, on ne s’attend à rien alors la réponse sera toujours bonne. Chaque mois, Dose partira en quête de réponses sur des problématiques concernant le rap. On part d’une demande large, pour des réponses précises de 4 interlocuteurs: tout genre, statut social, profession et âge confondu. On renseigne et on rend plus curieux qu’il n’est déjà notre audimat. C’est un entretien court, comme une mini interview retranscrite à l’écrit et habillée d’extraits vocaux pour rendre le contenu plus vivant. On commence par une problématique multigénérationnelle qui éveille tous les férus de rap, l’éternel débat, le questionnement sans fin: Est-ce que le rap c’était mieux avant? On va tenter d’y répondre avec Illies, Adrien, Christophe et Louna qui ont de 10 à 55 ans. Et vous, vous en pensez-quoi? Le rap c’était mieux avant?



Si le rap c’était mieux avant? Je pourrais pas répondre à cette question parce que j’ai commencé à en écouter il n’y a pas si longtemps que ça. La première fois que j’ai découvert le rap c’était en allant un festival y’a 2-3 ans, ensuite il y a un an et demi et c’est là où j’ai vraiment commencé à m’intéresser au rap, à écouter plusieurs rappeurs comme Tiakola, Koba la d…Maintenant pour en revenir à la question, est-ce que le rap c’était mieux avant, je ne sais pas, j’écoutais pas du rap quand j’étais petit alors je pourrais pas savoir mais je peux te dire comment j’ai découvert le rap. Et on peut dire que c’est grâce à Fianso et son festival, après je l’ai écouté lui, puis je suis allé à un concert de Koba la D et j’étais lancé! Et c’est à partir de là que j’ai commencé à écouter beaucoup d’artistes. Après j’étais sur Tiktok, et j’ai vu qu’il y avait beaucoup de chansons de Tiakola qui ressortaient avec des Trend et maintenant je fais que de l’écouter, c’est mon rappeur préféré! Grâce aux trends TikTok j’écoute beaucoup de rap comparé à avant où j’en écoutais presque pas.


Illies, 12 ans


J’ai été dans la culture hip-hop depuis les tout débuts.  Et je fais partie (j’aime pas dire ça parce que ça fait gnan gnan) des gens qui ont contribué à son développement, qui ont fait en sorte que ça marche. Après j'ai travaillé avec des groupes de l’époque, j'étais dans la partie graffitis des NTM. Après j'ai bossé avec un groupe qui s'appelle Hocus Pocus. J'ai bossé avec des artistes à New York pendant 3 ans et enfin j'ai écrit un bouquin sur la culture hip-hop qui est sorti il y a un an qui s’appelle “Hip-hop en France: une histoire.” J'essayais de démontrer dedans que ça avait eu un gros gros rôle social. Donc tu vois j'ai une vision globale. Je pense pas que le rap c’était mieux avant mais je pense que ce qui incarnait le culture hiphop, ça a disparu par contre. En fait il ne reste que le rap. Tu vois nous on avait la danse, on avait le graffiti, il y avait les DJ. On était contents que ça se développe et que des groupes puissent signer avec des maisons de disques. Mais finalement ça a effacé tout le reste, qui est retourné vers ceux qui sont vraiment passionnés. Pour le grand public il ne reste que le rap. Si j'exagérais je te dirais que la culture hip-hop c'est fini. Mais il y a toujours beaucoup de qualité dans le rap de nos jours. Il y a toujours une variété, il y a même plus de variété dans le rap qu'il y en avait à l'époque. Il y en a un que j'adore, c’est luidji. Ils sont moins engagés aujourd’hui mais on n'est pas obligé non plus d'être engagés. Et je trouve ça bien qu'il y ait moins cette pression-là, on force personne à être engagé. Et en même temps je peux comprendre aussi la nostalgie qu'il peut y avoir à ça. Et même, avant, le rap il était pas si engagé, c'est pour s'éclater. C'est “moi je m'appelle machin, je suis meilleur que machin” et tu fais la fête. Pour en revenir à la question de base, non le rap c’était pas mieux avant, je me serais arrêté il y a déjà super longtemps. Donc, non, ce n'était pas mieux avant. Mais la culture hip-hop, oui, j'en suis nostalgique.


Christophe, 12 ans


Pour moi le rap, non c'était pas mieux avant. Ça dépend, comme plein de musiques je pense, ça dépend de à quel âge tu le prends aussi. Et aujourd'hui ça parle à plein de jeunes,  comme moi ça me parlait quand j'étais jeune. J'écoute du rap depuis que j'ai 10 ans, j'en ai 37 aujourd'hui. Donc 27 ans, ça fait pas mal. Mon premier album, c'était l'école du micro d'argent. Je sais pas si c'était une claque à l'époque, mais c'est le premier truc que je me suis dit quand j’ai eu un peu d’argent  « Je vais aller acheter un CD et  ça sera ça ». Et je pense que c'était pour être cool, comme le grand frère de mon meilleur pote, mais ça c'est encore autre chose. Tout ça pour dire que, par exemple, tu vois, sur cette époque-là, il y a une génération conquise par le rap et qui a vu son évolution. aujourd'hui qui connaît et qui a suivi l’évolution. Et aujourd’hui les rappeurs ils font la même chose, et les plus jeunes se prennent le truc comme nous à l’époque. Mais ça me parle pas, tu vois. Parce que j'ai écouté les mecs des années 90-2000, parce qu'à l'époque, j'étais réceptif à ça. Aujourd'hui, pour moi, c'est de la redite, mais je me dis pas qu'ils sont moins bons.


Adrien, 37 ans


Je me permettrais pas de juger quelque chose que j’ai pas vu évoluer comme les anciens mais disons que la passion m’a fait rattraper le temps perdu. En plus d’écouter tout ce qui se fait maintenant j’ai vu ça comme un devoir: pour savoir de quoi je parle et de quoi découle ce que je consomme maintenant, je me devais de connaître le rap d’avant. Je trouve pas que c’était mieux avant parce qu’aujourd’hui la musique qui sort elle se nourrie de pleins d’influences et elle est super riche, c’est pas possible de pas aimer le rap parce que t’as de tout, et même les genres se mêlent tellement que ça veut plus rien dire, parfois on met des artistes dans la catégorie de rappeurs parce qu’ils ont certains codes mais leur musique c’est même pas du rap. Mais du coup y’a moins l’essence de ce qu’est la culture street et hip-hop et je pourrais comprendre que les anciens s’y retrouvent plus. Mais par exemple niveau prods on s’est jamais aussi bien portés que maintenant et y’a plus de prises de risques et de créativité qu’avant. Tout est question de prisme et de génération et on en serait pas là sans ce "avant". Mais j’pense pas que c’était mieux, c’était les fondations. Et c’est normal d’être attaché aux fondations, j’respecte, mais faut vivre avec son temps !

les albums liés à cet article